Accueil > ACTIVITÉS > Colloques > Colloque détail

Colloques

14 novembre 2014


L'intersectionnalité en pratiques: disciplines, méthodes et enquêtes


INED, 133 Bd Davout (Paris 20e), salle Alfred Sauvy



Télécharger le programme PDF



Journée d'étude organisée par le DIM «Genre, inégalités, discriminations»



En France plus encore qu’ailleurs, les recherches menées sur les inégalités ont longtemps privilégié les logiques de classe au détriment du genre et de la race.  Aujourd’hui, un intérêt nouveau s’est développé, dans des champs différents, pour ce qu’il est convenu d’appeler (en référence à des travaux de langue anglaise) «l’intersectionnalité». Au lieu de postuler une domination déterminée en dernière instance par les seuls rapports économiques, les recherches sur les inégalités et les discriminations prennent désormais en compte la pluralité des formes de domination – qui ne se limite d’ailleurs pas à la trinité sexe/classe/race, puisque l’âge ou le handicap peuvent également être pris en compte. Mais l’approche intersectionnelle des inégalités ne s’intéresse pas seulement à la pluralité des dominations, elle ouvre également à une réflexion sur leur intrication et les transformations impliquées par l’articulation (ou intersection justement) de la classe et du genre, du genre et de la race ou de la race et de la classe. Plus qu’une simple cumulativité des inégalités, l’approche intersectionnelle fait l’hypothèse de la formation de types singuliers de catégorisations dont il faut tenir compte dans les analyses.

Le développement des théories de l’intersectionnalité recouvre des approches différentes, tant théoriquement que méthodologiquement. Cette journée d’étude consacrée à l’intersectionnalité en pratiques propose d’expliciter les divergences d’approches, qui restent le plus souvent implicites, en discutant de recherches, empiriques comme théoriques, mobilisant une diversité de disciplines (anthropologie, droit, économie, science politique, sociologie, etc.), de méthodes (quantitatives ou qualitatives, de l’ethnographie des pratiques à celle de la sphère publique), et d’objets empiriques (dans le monde du travail, de l’éducation, de la politique, etc.).

La confrontation entre ces manières de faire vise à renouveler les débats sur l’intersectionnalité en encourageant, par la discussion, à la réflexivité.



 

-