Conférences

Actualité : Violette Leduc, une pionnière ?

Dans le cadre du cycle de conférences "Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre".



17 mai 2014

UPMC, Campus des Cordeliers, amphi Bilski-Pasquier


Avec Catherine Viollet, Littérature (ITEM-CNRS)

Cette conférence est organisée à l'occasion de l'actualité cinématographique et documentaire sur l'écrivaine Violette Leduc.

Violette Leduc
(1907-1972) occupe une place singulière dans la littérature française du XXe siècle. Son œuvre est transgression, poésie jubilatoire, émotion intense. Son écriture a cette faculté particulière de «transmuer en or le plomb de son existence, en épopée lyrique la pesanteur triviale du quotidien» (Michèle Causse). Méconnue du public jusqu'au succès de La Bâtarde (1964), elle a fasciné d'autres écrivains, ses contemporains: Jean Genet, Nathalie Sarraute, Jean Cocteau, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, mais surtout Simone de Beauvoir, qui la conseillera et la soutiendra tout au long de sa vie - un cas de figure sans doute unique dans l'histoire littéraire.
D'inspiration largement autobiographique, son œuvre fait scandale à l'époque en raison de sa liberté de ton, et surtout de la place qu'elle y accorde, en pionnière, aux diverses expressions de la sexualité: récit d'un avortement illégal (Ravages), regard sur la prostitution (La Folie en tête), inceste adelphique (Le Taxi), plaisir solitaire, amour et sexualité entre femmes (L'Affamée, Thérèse et Isabelle), relations hétérosexuelles avec des hommes traitées du point de vue d'une femme (Ravages, La Folie en tête, La Chasse à l'amour), mais aussi amour sans issue pour des hommes homosexuels (La Bâtarde, La Folie en tête). Enfin, la difficulté de vivre et d'écrire en tant que femme traversent ses textes comme des leitmotiv.

La conférence mettra en lumière le processus d'écriture de Violette Leduc, notamment à propos de l'épisode "Thérèse et Isabelle" de Ravages, censuré par Gallimard.

Catherine Viollet a une formation initiale de germaniste et de linguiste (doctorat en Linguistique générale, sous la direction d'Antoine Culioli, «Garçons et filles. Pratiques argumentatives et discours oral», 1983). Chargée de recherche (1e classe) à l'Institut des Textes et Manuscrits modernes (CNRS-ENS, Paris) depuis 1983, elle est spécialiste de critique génétique et a publié des études sur de nombreux écrivains du XIXe au XXIe siècles (environ 180 articles). Depuis une vingtaine d'années, elle dirige l'équipe «Genèse & Autobiographie» de l'ITEM, créée à l'initiative de Philippe Lejeune. Par ailleurs, elle a dirigé, côté français, deux PICS franco-russes : «Écrits autobiographiques XVIIIe-XXe siècles» (1999-2002), «Littérature russe d'expression française et contextes culturels (XVIIIe-premier tiers du XXe siècle)» (2010-2012).
Elle a publié notamment : Proust à la lettre (avec A. Grésillon et J.-L. Lebrave ; du Lérot, 1990) ; Genèses textuelles, identités sexuelles (dir. ; du Lérot, 1997) ;  «Si tu lis jamais ce journal» Diaristes russes francophones 1780-1854 (avec E. Gretchanaia ; CNRS-Éds., 2008) - anthologie de journaux inédits rédigés par des femmes russes en langue française.  Elle prépare actuellement la publication d'un texte inédit de Violette Leduc (Éds du Chemin de fer, 2014) et l'édition du Journal pré-posthume possible de Christiane Rochefort (Éds iXe, 2014), ainsi qu'un ouvrage collectif, provisoirement intitulé «Questions de sexe, questions de genre dans la genèse d'écrits autobiographiques» (avec Danielle Constantin).


Télécharger la présentation PDF


 

Violette Leduc, une pionnière?

Catherine Viollet



-