Accueil > ACTIVITÉS > Séminaires > Séminaire détail

Séminaires

Séminaire détail

Que sont les directrices devenues? Le paradoxe de la masculinisation des fonctions de direction dans le secondaire après 1945


20 février 2015

Université Pierre et Marie Curie (Jussieu), amphithéâtre Durand (bât. Esclangon, Paris 5e), 14h-16h


Avec Marlaine Cacouault, Sociologie (Université de Poitiers)

La fondation du lycée et du collège public de jeunes filles en 1880 et le refus de la mixité chez les élèves et les professeurs, entraîne la création de postes de direction pour les femmes. Il s'agit au début du 20e siècle et dans l'entre-deux guerres de l'une des rares fonctions d'encadrement qui leur sont accessibles. Or, la proportion des directrices baisse de manière significative après la dernière guerre et à mesure que la mixité se généralise dans le secondaire au fil des années 1960 et 1970. Comment expliquer ce phénomène alors que les responsables femmes ont fait la preuve de leur capacité à diriger, à se rapporter aux partenaires des établissements dans le milieu local, à prendre des initiatives pour faire évoluer l'offre d'enseignement avant même l'assimilation des enseignements féminin et masculin et dans le cadre du processus de démocratisation des études qui s'amorce dès les années 1930 ? Nous essaierons de répondre à ces questions en nous appuyant sur une étude de dossiers administratifs de directrices conservés aux Archives nationales et sur des enquêtes menées dans les années 1990 et 2000 auprès de femmes et d'hommes chefs d'établissement en activité. Nous montrerons plus généralement comment les supérieurs hiérarchiques manifestent à l'égard des directrices de lycées de filles des attentes qui ne sont pas neutres du point de vue du genre et comment les attentes à l'égard des proviseur-e-s évoluent dans un contexte de mixité et sous l'effet des changements organisationnels qui marquent les dernières décennies.

Marlaine Cacouault-Bitaud est professeure émérite en sociologie à l'Université de Poitiers. Ses recherches portent sur la féminisation ou la masculinisation des groupes professionnels, tout particulièrement dans l'Éducation nationale, sur les carrières des femmes et des hommes et sur l'articulation entre la vie professionnelle et la vie personnelle, dans une perspective socio-historique. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Travail, genre et sociétés et du comité scientifique de l'Institut Émilie du Châtelet.


plan d'accès : pdf


Télécharger la présentation PDF


- La direction des collèges et des lycées: une affaire d'hommes? Genre et inégalités dans l'Éducation nationale, Paris, L'Harmattan, 2008.

- Professeurs... mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXème siècle, Paris, La Découverte, 2007.
- (avec L. Bodiou et L. Gaussot), Le genre entre transmission et transgression, Rennes, PUR, 2013.
- «La féminisation d'une profession est-elle le signe d'une baisse de prestige?», Travail, genre et sociétés, n°5, 2001.

- «Professeur du secondaire: une profession féminine? Éléments pour une approche socio-historique», Genèses, n°36, septembre 1999.

-