Accueil > ACTIVITÉS > Séminaires > Séminaire détail

Séminaires

Séminaire détail

Les mutilations génitales féminines. Entre droits et santé: itinéraire d'une violence de genre


27 octobre 2017

Jardin des Plantes, Grand amphithéâtre d'entomologie, 43 rue Buffon (Paris 5e), 14h-16h


Avec Armelle Andro, Démographe (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/INED)

Alors que l’UNICEF estime à 200 millions le nombre de femmes mutilées dans le monde, l’ONU s’est prononcé solennellement pour l’éradication des mutilations génitales féminines (MGF) en 2012. Les MGF visées par cette déclaration désignent «toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme et/ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques».
Depuis le milieu du 20e siècle, le sujet a mobilisé une communauté d’experts nombreuse et une production scientifique pléthorique et centrée sur le corps, le sexe et la sexualité des femmes
(Andro, Lesclingand 2016). Paradoxalement, cette mobilisation a toujours peiné à intégrer les femmes concernées. La généalogie de cet objet politique et scientifique dans la communauté internationale montre comment ce paradoxe produit une forme de «double vie» des MGF. Phénomène social réel encore mal connu, il entre dans le continuum de toutes les atteintes corporelles et les violences qui norment le corps des femmes. Mais c’est parallèlement une sorte de chimère incarnant la violence patriarcale des sociétés du Sud, envisagée comme irréductible et qui joue un rôle géopolitique dans l’ordre international post-colonial.
Ces deux dimensions entrent particulièrement en tension dans le champ de la santé publique, alors que se développent
de nouvelles formes de médicalisation de ces pratiques.

Armelle Andro est professeure à l’IDUP, Université de Paris1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse associée dans l'Unité de Recherche Santé sexuelle et reproductive (INED).


Télécharger la présentation PDF


- A. Andro, M. Lesclingand, 2016, «Les mutilations génitales féminines: état des lieux et connaissances», Population, n°71, 2-2016.
- A. Andro, E. Cambois, M. Lesclingand, 2014, «Long-term consequences of female genital mutilation in a European context: Self perceived health of FGM women compared to non-FGM women», Social Science and Medicine, Volume 106, April 2014, p. 177–184.
- P. Foldès, B. Cuzin, A. Andro, 2012, «Reconstructive surgery after female genital mutilation: a prospective cohort study», The Lancet, Volume 380, No. 9837, p134–141, 14 July 2012.
- A. Andro, M. Lesclingand, D. Pourette., 2010, «Excision et cheminement vers la réparation: une prise en charge chirurgicale entre expérience personnelle et dynamiques familiales», Sociétés Contemporaines, n° 77, mars 2010.
-